Lorsqu’on pense aux changements climatiques, la plupart des gens pense à des titres de nouvelles ou à un sujet intermittent de l’actualité. La majorité ne se sent pas nécessairement touchés dans son quotidien et assume que les impacts, s’il y en a, seront pour un futur lointain.

Une étude récente établit un lien entre les changements climatiques et l’activité physique chez les gens. En effet, un article publié dans la revue Sport Medicine en mars 2021 par un groupe d’auteurs dont le professeur du département de l’activité physique de l’UQAM, Paquito Bernard, met en lumière certains impacts des changements climatiques sur nos habitudes de vies et de loisirs.

 

L’analyse identifie trois aspects qui influencent directement le niveau et la pratique d’activités physiques chez la population.

1. La pollution de l’air : les mesures objectives et les alertes de pollution de l’air ainsi que la perception subjective par les individus de la qualité de l’air ont démontré un lien sur la pratique de l’activité physique par les gens.

Ainsi, l’augmentation de 1 micron/m3 de la quantité de particules fines dans l’air (smog) fait augmenter les chances d’inactivité physique de 1,1 %. Une relation négative entre la perception de la qualité de l’air et la pratique d’activités physiques extérieures (course, vélo, marche) est aussi identifiée. Par exemple, la perception de temps brumeux aurait amené une réduction de 68 % de la pratique du vélo et de 64 % pour la marche, selon une étude chinoise.

2. Les températures extrêmes : les différents niveaux de température ont une influence sur la pratique de l’activité physique. Ainsi, la probabilité de pratiquer une activité physique augmente jusqu’à des températures de 28 ou 29  C et diminue après 36  C et de façon drastique au-delà de 40  C, en particulier chez les populations âgées de plus de 65 ans et chez les individus ayant un indice de masse corporelle (IMC) de plus de 30.

3. Les désastres naturels : les gens exposés à des ouragans ou à des inondations ont démontré une baisse de l’activité physique extérieure. Le stress vécu et le choc post-traumatique sont parmi les facteurs expliquant ce comportement.

 

Ceci permet de regarder les changements climatiques sous une nouvelle perspective qui nous touche de plus près et plus concrètement. S’il nous est difficile de concevoir l’impact des changements climatiques sur les fonctions écosystémiques qui contribuent à notre qualité de vie, l’impact de ce phénomène sur nos loisirs et notre quotidien est certainement plus facile à concevoir.

 

Référence : Bernard, P., Chevance, G., Kingsbury, C., Baillot, A., Romain, A. J., Molinier, V., Gadais, T., et al. (2021). Climate Change, Physical Activity and Sport: A Systematic Review. Sports Medicine. doi:10.1007/s40279-021-01439-4

Abonnez-vous à l'infolettre
de la Fondation Trois-Rivières durable!

Vous vous êtes abonné avec succès