Conservation des milieux naturels

Hectares en propriétés

hectares en servitudes

hectares protégés

Stratégie de conservation des milieux naturels

Le territoire de la ville de Trois-Rivières a une superficie de 334,2 km2, dont la majeure partie est urbanisée. Faisant partie des basses terres du Saint-Laurent, Trois-Rivières possède des espaces naturels d’importance, tels que le lac Saint-Pierre, le fleuve Saint-Laurent, la rivière Saint-Maurice et les grandes tourbières Baie Des Mines et Red Mill. Ces dernières sont inscrites à la liste des sites prioritaires à protéger dans le cadre du volet Protéger les habitats fauniques de la Fondation de la Faune du Québec. On y retrouve des milieux écologiques de grande valeur et qui subissent les pressions reliées au développement économique.

Lors de la consultation de la nouvelle politique de développement durable de la Ville en 2018 est ressorti le besoin d’avoir une stratégie de conservation des milieux naturels. La Fondation est allée en ce sens dans sa planification stratégique 2019-2021 en proposant de réaliser la stratégie de conservation qui guidera la Ville dans sa volonté d’intégrer les valeurs fauniques et forestières à sa stratégie de conservation. Il reste à opérationnaliser la planification de la conservation au niveau du terrain afin de guider les actions de la Fondation, de la Ville et des partenaires du milieu.

La protection des écosystèmes et de la biodiversité doit conditionner l’activité socioéconomique. La stratégie de conservation aidera les acteurs à prendre les décisions et actions qui reflèteront la volonté de conserver la contribution des écosystèmes, afin de susciter l’engagement des propriétaires et des acteurs impliqués dans les actions de conservation, de restauration et d’aménagement des milieux naturels trifluviens.

Acquisition de milieux naturels à des fins de conservation

La Tourbière Red Mill est située dans le secteur Sainte-Marthe-du-Cap. La Fondation possède quatre propriétés dans la Tourbière, pour une superficie totale de 56 hectares. Localisez nos propriétés ainsi que nos servitudes en cliquant ici.

Il existe des interdictions liées à l’accès et aux usages des milieux naturels. Avant de vous y rendre, informez-vous!

Servitudes de conservation

Lorsqu’un promoteur immobilier cède des milieux naturels à la Ville de Trois-Rivières pour des fins de conservation, une servitude est enregistrée envers la Fondation. Cette servitude permet à la Fondation d’être le gardien de la conservation et d’avoir son mot à dire dans l’utilisation future de ces propriétés. Cela inclut l’accessibilité aux milieux naturels pour la population dans les aires écologiques municipales.

À ce jour, la Fondation a obtenu des servitudes de conservation sur 48 terrains situés à Trois-Rivières, ce qui représente une superficie totale de 84 hectares protégés. Localisez nos propriétés ainsi que nos servitudes en cliquant ici.

Réseau de suivi de la biodiversité du Québec

Le Réseau de suivi de la biodiversité du Québec est un projet de longue durée entrepris par le Gouvernement québécois. L’objectif du programme consiste à mettre en place un réseau de suivi de la biodiversité à l’échelle du Québec capable de détecter les changements dans l’état de la biodiversité et si possible, identifier leurs causes. À long terme, le recueil de ces informations permettra de faciliter l’établissement des priorités de conservation et de mieux comprendre les enjeux des changements climatiques.

En 2021, le responsable du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, le responsable du Ministère de l’Environnement du Québec ainsi que la Fondation Trois-Rivières durable ont conclu un partenariat pour ajouter le secteur de la Tourbière Red Mill comme milieu ciblé par le Réseau de suivi de la biodiversité du Québec. Les données qui y seront recueillies pourront être comparées avec des milieux similaires à l’échelle du Québec.

Une meilleure connaissance des facteurs agissant sur nos écosystèmes, nos communautés et nos populations servira à soutenir une prise de décision éclairée dans la conservation de NOTRE MILIEU VIE.

Actions prévues en 2021
  • Installation de stations acoustiques pour vérifier les communautés d’oiseaux, de chiroptères (chauves-souris) et des anoures (grenouilles et amphibiens)
  • Installation d’une caméra pour les mammifères en milieu forestier
  • Installation de caméras pour la phénologie végétale dans les milieux humides
  • Installation de pièges Multipher pour les insectes de sols
  • Installation de thermographes pour mesurer la température du sol et de l’air
  • Installation de sachets de thé pour mesurer la vitesse de décomposition de la matière organique
  • Inventaire d’odonates (libellules) et de papillons de jour en milieux humides
  • Inventaire de la végétation en milieu forestier
Indicateurs de suivi pour le milieu forestier
  • Plantes vasculaires et invasculaires, caractérisation du sol
  • Communauté des insectes du sol
  • Communauté des mammifères par caméra
  • Vitesse de décomposition de la matière organique
  • Température du sol
  • Communautés des oiseaux, des chiroptères et des anoures avec appareil acoustique
Indicateurs de suivi pour le milieu tourbière
  • Plantes vasculaires et invasculaires, caractérisation du sol
  • Communauté des papillons et des odonates
  • Phénologie et croissance végétale par caméra
  • Communautés des oiseaux, des chiroptères et des anoures avec appareil acoustique

Nichoirs pour hirondelles bicolores

Ce projet, déployé en 2021, a pour objectif de favoriser la nidification des oiseaux champêtres du territoire trifluvien en y faisant l’installation de nichoirs adaptés se substituant aux sites naturels détruits.

L’installation des nichoirs s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie de conservation des milieux naturels de Trois-Rivières identifiant les habitats des oiseaux champêtres comme une de ces cibles de conservation.

Les oiseaux champêtres offrent de nombreux services écologiques bénéfiques pour les communautés environnantes. Leur abondance sur le territoire trifluvien est notamment nécessaire à la pollinisation des plantes ainsi qu’à la réduction des insectes nuisibles aux cultures et à l’humain. La pose de nichoirs favorise la préservation de leur espèce et permet d’assurer leur apport écologique. Ce projet vise davantage les hirondelles bicolores puisque ces dernières s’accommodent bien de nichoirs artificiels.
 

Au cours de l’été 2021, une cinquantaine de nichoirs ont été installés dans différents secteurs de la Ville de Trois-Rivières afin de préserver l’espèce. Un suivi permettant de vérifier le taux d’occupation des installations est effectué régulièrement. Notre équipe documente également la présence de nids, d’œufs et de jeunes.

La réalisation de ce projet est possible grâce à l’aide financière de notre partenaire GDG Environnement.

Stratégie de gestion des accès aux VHR – secteur de la Tourbière Red Mill

Le secteur de la Tourbière Red Mill est connu et documenté comme étant un écosystème important pour plusieurs espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables (la salamandre à quatre orteils, la couleuvre verte, la petite chauve-souris brune, la chauve-souris nordique et la pipistrelle de l’Est). De plus, le site présente un des rares endroits à l’est de l’Abitibi où niche la grue du Canada. Le secteur de l’aire écologique Maskimo, plus méconnu, est très prisé par plusieurs ornithologues qui y ont observé 145 espèces d’oiseaux jusqu’à maintenant.

La circulation en véhicule hors-route (VHR) dans ces milieux naturels uniques constitue une menace à la préservation de la faune et de la flore. C’est pourquoi la Fondation Trois-Rivières durable (3Rdurable), la Ville de Trois-Rivières (V3R) ainsi que Nature-Action Québec (NAQ) se rallient depuis 2015 pour établir une stratégie de gestion des accès aux VHR dans le secteur de la Tourbière Red Mill. 

Problématique bien présente

Deux projets ont été réalisés par les partenaires en 2015 (« Aménagement de la Tourbière Red Mill à Trois-Rivières : Protection et planification ») et en 2018-2019 (« Restauration et protection de la tourbière Red Mill : la communauté au service de la nature »).

Par l’entremise de ces projets, plusieurs rencontres de concertation ont été effectuées pour sensibiliser les acteurs à la problématique des véhicules hors-route (VHR), des arbres ont été plantés pour limiter la circulation et une barrière fût installée pour bloquer l’accès au milieu.

Les actions réalisées ont mené à des résultats tangibles, mais la problématique est encore bien présente.

Le projet se poursuit

Encore à ce jour, les trois partenaires (3Rdurable, V3R et NAQ) poursuivent leur actions dans l’objectif de préciser le portrait de la problématique et d’en déterminer des actions concrètes à déployer pour enrayer cette menace sur le milieu. De nouveaux objectifs de sensibilisation ainsi que de mesures de contrôle sur le terrain sont envisagés pour préserver la qualité et l’intégrité des habitats fauniques de ce secteur unique riche en biodiversité.

À l’aube de l’année 2022, de nouvelles affiches seront installées sur le terrain afin d’améliorer la signalisation d’interdiction, des barrières et des blocs de béton supplémentaires seront mis en place pour diminuer l’accessibilité à certains emplacements stratégiques et les rencontres de concertation seront poursuivies dans le but de développer de nouvelles solutions.

Ces actions s’insèrent dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de gestion de la Tourbière Red Mill adopté en 2016 par Nature Action Québec.

Quelques-uns des dommages observés

 

  • Sentiers dans les étangs : Dérangement des grenouilles, des canards et des oiseaux nicheurs.
  • Sentiers dans la zone marécageuse : Ornières creusées par les pneus des VHR amènent la destruction de larves d’amphibiens et de la végétation présente participant à la formation du dépôt de tourbe de la Tourbière Red Mill ainsi qu’au maintien des caractéristiques écologiques du milieu.
  • Sentiers sur la terre organique : Les VHR circulant sur la végétation en place détruisent les plantes vulnérables à la compaction (droseras, clintonies boréales, orchidées, etc.).

Quelques-uns des dommages observés

 

  • Sentiers dans les milieux humides : Dérangement de la nidification des oiseaux (carouges à épaulettes, sauvagine, etc) et des amphibiens.
  • Sentiers traversant un cours d’eau : La traverse d’un cours d’eau en VHR affecte l’habitat du poisson par la compaction du fond du ruisseau et l’apport de sédiments dans l’eau.
  • Dommages importants d’érosion à l’écosystème : Les tranchées et créées dans les tourbières par le passage répété des VHR peuvent modifier l’écoulement de l’eau dans le milieu et ultimement l’assécher.  Cet asséchement modifierait de façon irréversible l’écosystème et causerait la perte d’habitats fauniques.
  • Risques de collision avec la faune (couleuvres, amphibiens, oiseaux terrestres).

Présence d’écocompteurs

Au cours de l’été 2021, la Fondation Trois-Rivières durable a installé des écocompteurs sur quelques-unes de ses propriétés et servitudes. Ces petits appareils électroniques permettent d’effectuer un comptage automatique au passage des piétons et cyclistes en milieu naturel ou urbain.

La comptabilisation des utilisateurs d’un milieu naturel, ou d’un sentier en particulier, est nécessaire à l’amélioration de la gestion de l’espace en fonction de sa fréquentation.

À titre d’exemple, en observant les données quotidiennes, mensuelles et/ou saisonnières recueillies, il sera possible d’établir une corrélation entre la fréquentation du milieu et les conditions météorologiques. À l’aide de ces informations, la Fondation Trois-Rivières durable ainsi que ses partenaires peuvent ajuster leur gestion de l’espace en concentrant leurs efforts aux moments opportuns durant l’année ou en développant des actions afin d’encourager/décourager sa fréquentation.

Abonnez-vous à l'infolettre
de la Fondation Trois-Rivières durable!

Vous vous êtes abonné avec succès